Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 16:42

Et voilà, comme d’habitude, au début de son séjour, on a le temps de faire plein de choses et on se fait un super programme. Puis le temps passe et on se rend compte qu’on a pas fait la moitié de ce que l’on avait de prévu. J’avais décidé de vous raconter mon séjour karnaki, et je vois qu’il n’y a pas eu grand-chose d’écrit depuis 3 semaines.

 

            La chaleur étant assommante, il fait en moyenne 45°C à l’ombre, quand nous arrêtons de travailler en début d’après-midi, l’appel de la sieste se fait régulièrement sentir. J’ai sinon repris mes activités de bricolage au sein de la mission, ma dernière fierté étant des fils à linge pour tout le monde ! Ca a l’air facile comme ça au premier abord, mais ici tout prend des proportions inexplicables dès qu’on a le moindre projet ! La dernière possibilité est d’aller travailler ou de faire de l’internet au bureau afin de profiter de la clim.

Mes soirées sont souvent occupées par des petites virées au souk, j’y accompagne souvent du monde, mais j’avoue parfois me faire plaisir aussi. Ma valise risque d’être bien remplie pour le retour. J’ai eu de la visite, Isa est venue de Damas pour une 10aine de jours et deux copines de France, Manuela et Delphine sont venues une semaine. Le programme a donc été chargé et j’en ai profité pour prendre quelques jours de vacances pour aller découvrir Assouan et faire un saut au Caire.

Nous avons eu beaucoup de chance à Assouan, il a fait beaucoup moins chaud que prévu, et il n’y avait pas trop de touristes. Petit tour au monastère St Siméon, avec ascension en chameau ; balade sur l’ile Eléphantine, entre villages nubiens et antiques ruines d’Abou ; traditionnelle sortie en felouque jusqu’à la première cataracte – cette dernière s’étant révélée assez épique !-, escapade aux temples de Philae et Kalabsha, sans oublier la visite du beau musée nubien d’Assouan – construit pour compenser les dommages dus à la construction du barrage…-. Les quatre jours au Caire m’ont permis de me promener tranquillement car j’avais déjà visité l’année passée les « incontournables » : il y a eu pas mal de shopping dans de petites boutiques sympas du carnet d’adresses très remplis d’Isa, déambulation dans le Caire fatimide et non plus maintenant islamique, et dans Zamalek, visite de quelques musées qui changeaient bien : le musée de la céramique islamique et le musée Mahmoud Khalil, d’art occidental XIXème siècle.

Du coté des autres activités réjouissantes, une soirée momie à la mission –très rigolote- et une petite sortie aux alentours d’Edfou. La piscine ne devrait pas tarder à être de nouveau accessible, mais l’envie d’aller à la mer rouge se fait sentir …

 

Coté boulot, ça se passe bien, plus de la moitié de la cour a été relevée, on espère finir cette semaine pour avoir encore une semaine juste pour les tests et la mise en place du protocole de nettoyage. Quant aux 6 blocs épars et 2 stèles, les premières phases de travail ont eut lieu et la consolidation devrait débuter dès demain.

 

Voila, voila pour les petites nouvelles, je me sens toujours aussi bien ici, même si maintenant je suis sure que je ne pourrais pas vivre là trop longtemps. Ce pays a tendance à nous faire se déconnecter un peu vite et un peu trop de la réalité ! Je vous laisse avec plein de photos, à très bientôt !

Repost 0
Published by Charlotte REROLLE - dans Egypte
commenter cet article
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 16:23

Déjà une semaine d’écoulée, le temps passe décidément vite en Egypte ! Je suis donc à Karnak à nouveau mais pour 6 semaines cette fois. Le but de ma venue cette fois-ci : évaluer l’état de conservation de la cour du temple de Ptah qui se situe au nord dans l’enceinte des temples de Karnak. Il s’agit d’estimer l’état de conservation du support, des blocs de grès, des mortiers et de la polychromie des reliefs puis d’élaborer un protocole de traitement afin de savoir combien de temps sera nécessaire à la restauration de cette cour. Par extension, le centre aimerait connaître aussi le temps de nettoyage nécessaire pour les 3 chapelles intérieures. Le temple de Ptah est au centre d’un nouveau programme de recherche de la mission française. Son état de préservation est plutôt bon, et plusieurs choses comme des rénovations antiques sont très intéressantes. Evidemment ça complique un peu les choses. Les restauratrices, Alice et Agnès ont déjà fait le plus urgent en ce qui concerne les blocs épars épigraphiés, mais il me reste encore de quoi m’occuper ! Je me partage donc entre l’évaluation de la cour et le travail sur les blocs provenant de ce temple. La première semaine n’a pas été facile, la mise en route fut un peu longue. J’ai un peu oublié le fonctionnement d’ici… En plus, comme on est plusieurs équipes à travailler au même endroit, épigraphistes, architectes, photographes, ça demande un peu d’organisation mais on y arrive.
La semaine dernière, nous avons pu profiter de la piscine du Sofitel, mais depuis hier c’est fini pour cause de vacances scolaires françaises ce qui fait que l’hôtel est complet. Nous avons donc devant nous 3 ou 4 semaines sans baignade possible l’après-midi ! Depuis 3 jours, il a commencé à faire bien chaud et d’après la météo sur internet, 39°C est annoncé pour demain. D’après mon pote de la cafet’, il devrait faire moins chaud qu’aujourd’hui… j’avoue que la seconde solution m’irait mieux mais cela me semble compromis !
Au niveau du programme culturel, j’ai profité d’une sortie dans le Djebel Silsilé vendredi. C’est une carrière de grès antique, située à 3h au sud de Louxor et qui a servi à construire plusieurs monuments et temples. Des ébauches de stèles, de sphinx, mais aussi de petits temples et chapelles sont présents de chaque coté du Nil. La balade fut très chouette, bien qu’un peu chaude (voir les photos). Heureusement le soir, nous avons pu nous rafraîchir sur une dahabia sur le Nil, bateau traditionnel à fond plat, où nous étions invité pour l’apéro, très chic ! Samedi, petit tour sur l’autre rive, à Deir el Medineh, village des artisans, pour voir l’avancé des travaux notamment de restaurations qui sont faits par des français.
J’avoue ne pas être en reste au niveau des petites sorties dans le souk, mais les choses sérieuses doivent commencer ce soir !
Je vous envoie quelques degrés d’ici, à très bientôt !

Repost 0
Published by Charlotte REROLLE - dans Egypte
commenter cet article
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 10:58

C’est le retour en France, avec des changements de température assez importants puisqu’il a neigé dimanche à  notre retour ! Je profite de cette semaine de transit en Touraine pour faire un coucou aux amis et à la famille, échanger mes affaires d’été contre celle d’hiver (hé oui je ne fais pas les choses dans le même sens que tout le monde !) et bien sûr pour gérer la traditionnelle paperasse qui s’est accumulée ! Je suis contente de ne rester qu’une semaine en France, car la remontée des souvenirs d’avant l’Egypte n’est pas toujours simple à gérer. Je suis ravie de partir dès dimanche à Londres pour ce stage au British Museum qui semble hyper intéressant d’après le programme qui m’a été envoyé.

 

         La fin de notre séjour cairote s’est très bien déroulé. Il nous ait arrivé quelques aventures, du genre le taxi nous dépose à l’endroit où il a envie en nous jurant que c’est bien l’endroit que nous avons demandé. Bien sûr, on est pas du tout au bon endroit, et il faut pas mal marcher pour arriver au lieu désiré ! Le meilleur moment étant quant il s’agit d’aller à l’aéroport et qu’on nous dépose à l’aérogare 2 au lieu du 1, et que le 1 se trouve de l’autre coté de l’autoroute ! Bien sûr tout renseignement engage à un bakchich.  Antoine, mon frère, a trouvé que par moment en Egypte on vivait dans un vieille blague géante ! Evidement une fois dans le bon aérogare, l’enregistrement des bagages et la récupération des billets d’avion n’ont pas été simples !

         A part ces petits histoires d’organisation, nous avons bien profité de notre séjour au Caire. Nous sommes allés à Dachour, continuer sur la thématique pyramide, afin de visiter la pyramide rouge et d’apercevoir la pyramide rhomboïdale.  Avec notre chance habituelle, nous étions seuls à l’intérieur. Après direction Saqqara, balade entre pyramide à degrés et autres tombes sur ce merveilleux site, où nos horaires de visites n’étaient pas ceux des autres… c’était donc très agréable de visiter ces lieux au calme ! Le jeudi visite traditionnelle du musée égyptien du Caire, là j’avoue c’était surchargé de monde. Comme tout le monde, nous avons admiré surtout le premier étage consacré au trésor de Toutankhamon mais nous avons aussi apprécié les maquettes, le trésor de Tanis et bien d’autres choses. L’inconvénient de ce musée est la surcharge des vitrines et le manque d’explication ou de commentaire sur le contenu des vitrines. La visite de ce musée est généralement épuisante et frustrante car on ne peut pas tout voir, ni bien comprendre ce que l’on voit tant l’abondance domine. Après une telle épreuve, un petit tour dans le souk de Khan al-khalili s’imposait pour voir les fabricants d’instruments de musique, se promener au milieu de superbes bâtiments fatimides et acheter quelques traditionnels souvenirs, histoire de savoir pourquoi la valise serait un peu plus lourde ! Le dernier jour, nous avons décidé de faire une petite excursion dans une oasis au sud du Caire, l’oasis du Fayoum, dont le nom rappelle les fameux portraits funéraires romains trouvés dans l’un des mastaba de cette oasis. Cette oasis de près de 70km de long, abrite un lac salé, le lac Qaroun. Nous nous sommes baladés en taxi dans l’oasis en cherchant à voir un temple ptolémaïque dédié au dieu à tête de crocodile Sobek, en bon état mais quasiment pas décoré et en allant la voir la pyramide de Meidoum, une des premières pyramides avec une forme un peu bizarre due à un raté ! Pour accéder au site où nous étions seuls, nous avons été escortés par une voiture de flic et nous avons fait la visite sous le joug d’une kalachnikov. Cela donne pas forcément une visite très détendue ! Nous avons eu l’occasion de pénétrer dans le mastaba voisin, où l’accès à la chambre funéraire donne l’impression que l’on va découvrir un trésor. Il nous a fallu ramper à terre pour passer un boyau qui permet d’accéder ensuite au couloir qui mène à la chambre. Bref, l’espace de quelques minutes, nous nous sommes pris pour les nouveaux Indiana Jones ! Je n’imaginais pas une oasis aussi vaste ni aussi peuplée, cette petite virée fût très instructive !

 

         Tout le monde est ravi de son séjour en Egypte, et rêve d’y retourner… Inch’allah ! A notre retour, nous avons découvert que les média commençaient à parler des problèmes de hausses des prix de l’alimentation en Egypte notamment, et des émeutes qui en découlaient. Il y a eu aussi quelques reportages forts instructifs sur le taux record d’abstention aux élections municipales qui ont eu lieu mardi dernier, près de 90%, fautes de candidats dans l’opposition…

 

         C’est fini pour aujourd’hui et pour l’Egypte (enfin presque car il manque encore quelques photos… oups !), mais on se retrouve en direct sur le blog à partir de la semaine prochaine pour la suite des aventures, cette fois chez nos amis les rosbifs ! ciao.

Repost 0
Published by Charlotte REROLLE - dans Egypte
commenter cet article
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 20:11

         Et non c’est pas une blague, mais notre petit hôtel au Caire est connecté au net, j’ai donc le temps de vous donner des nouvelles. Le séjour à Louxor s’est bien terminé, ce fut pas facile de dire au revoir à tout le monde, mais les derniers moments ont été sympathiques.  Certains d’entre vous ont peut-être entendu parler en France, des événements qui ont eu lieu le jour de notre départ à Karnak, le vendredi 28 mars. L’information qui a circulée a été minimisée, une manifestation spontanée de la population devant le temple de Karnak. Pour plus de détails, ce sera à notre retour en France. Nous avons pris l’avion avec près de 100kg de bagages à quatre, dont la moitié à moi ! Pas d’amende, donc tout va bien. A l’aéroport, au moment de passer la douane, un flic a demandé à mon père sa profession, comme il a répondu qu’il était médecin, le flic a voulu lui taper une consultation au milieu de la salle d’embarquement !

          A Alexandrie, petit hôtel sympa avec vue sur la baie –Union Hotel, pour ceux que ça intéresse-. C’est une ville très différente de ce que j’avais vu jusqu’à présent en Egypte, plutôt méditerranéenne dans l’atmosphère avec ses immeubles XIXème et début XXème un peu défraîchis.  Nous avons arpenté la ville en long, en large et en travers. Le fort Qait Bey, où nous avons provoqué un début d’émeute chez les scolaires en sortie qui voulaient tous nous dire bonjour et qu’on les prenne en photos. Beau monument, bien restauré et d’une propreté assez rare pour l’Egypte. Balade au marché au milieu des légumes, des poissons de la pêche du jour, et des poules et des lapins. Visite sous une averse du théâtre romain puis petit tour à la nouvelle bibliothèque Alexandrina. Le lendemain visite des catacombes de Kom as Shuqqafa, très belles. Cette petite halte de deux jours, nous a permis de manger du poisson, des crabes, des crevettes et de calamars toujours très bien cuisinés. Après un petit raté sur les horaires, où nous avons attendu deux heures à la gare, nous avons pris le train pour le Caire, départ et arrivée à l’heure, ce qui est rare ici ! Nous avions de la place pour les jambes, en revanche cela sentait un peu les toilettes ! Bref, un voyage très baladi !

         Arrivée au Caire, c’est une ville d’une autre dimension que nous avons découverte. Premier jour, nous nous sommes lancés dans une thématique, Caire islamique ou fatimide : citadelle et tout un tas de mosquées mamelouks très belles. Nous n’avons pas pu faire ce que nous voulions, nous retournerons donc du coté du souk Khan el Khalili pour voir quelques monuments et caravanserails. Aujourd’hui Gizeh, nous sommes entrés dans la pyramide de Kéops, et par je ne sais quel miracle nous étions tous seuls ! Nous sommes descendus aussi dans une autre petite de son épouse et dans celle de Képhren. Nous avons eu l’occasion de voir deux tombes habituellement fermées qui étaient fortes intéressantes. C’était très agréable de se balader, de prendre son temps autour des pyramides et du sphinx. La joie qu’a exprimé ma mère face aux pyramides m’a fait très plaisir ! Nous avons ensuite voulu visiter le Caire copte, nous avons eu du mal à pénétrer dans le quartier mais nous nous sommes régalés dans le musée d’une grande quiétude et très bien mis en valeur.

          Le programme des prochains jours est tout aussi chargé, il est vrai que nous avons envie de tout voir, tout faire !

        

         La vie au dehors de Louxor est moins facile, car je n’ai pas l’argument de choc –maison des français à Karnak- pour me défendre et je manque parfois un peu de vocabulaire arabe pour faire le poids. Nous nous faisons donc pas mal rouler et les interminables négociations sont un peu fatigantes. Donner des bakchichs en permanence pour les chaussures dans les mosquées, pour une photo ou pour les toilettes finit par énerver au bout d’un moment. Mais c’est ça aussi l’Egypte ! A la capital, je ne peux plus conduire le taxi ou le ferry comme je l’ai fait à Louxor avec mes parents, fini les privilèges !

 

          Cette petite semaine en famille me fait beaucoup de bien, même si Camille nous manque. A très bientôt pour la fin des aventures masri, bye bye !

Repost 0
Published by Charlotte REROLLE - dans Egypte
commenter cet article
27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 07:47

Ca y est, tout va mieux, mes parents et mon frère Antoine sont arrivés. Je suis hyper heureuse, ça me fait beaucoup de bien. Mes parents dorment à l’hôtel, Antoine à la mission, chez Isa. Le programme est chargé, le matin visite de leurs cotés et l’aprèm, on se retrouve pour faire quelque chose ensemble. Les égyptiens travaillant pour le centre n’ont pas tardé à apprendre que mon père est médecin, et l’on a ouvert une consultation après le déjeuner à la mission. Tous les jours, ils voient des gens qui n’ont pas les moyens d’aller chez le médecin. La difficulté réside dans le fait qu’il doive donner des traitements qui sont souvent trop cher pour ici, il faut donc trouver des solutions intermédiaires. Ces petites consultations aident vraiment les gens ici, et permettent à mon père de mieux comprendre l’Egypte, d’avoir une autre vision des choses.

         C’est très sympa car tous les jours, il y a des sorties ou des visites d’organiser auxquelles ma petite famille peut participer. Ils découvrent donc l’Egypte sous un angle un peu différent de celui du tourisme de croisière.

 

         Mon bloc de calcaire est quasiment fini, le travail qu’il reste à faire attendra que le bloc retrouve sa place dans la maçonnerie afin que les finitions soient homogènes sur l’ensemble du monument. Le trésor monétaire est quant à lui bien avancé, mais pas totalement terminé. C’est vraiment dommage, mais la quantité de pièces, le temps imparti pour le travail et le matériel à disposition ne permettait pas de faire beaucoup mieux. Je suis ravie de mon stage, j’ai appris beaucoup de choses.

 

         Demain nous prenons l’avion pour Alexandrie, où l’on reste deux jours. Ensuite, nous irons 5 journées au Caire tous les quatre. Je vous raconterai la fin de ce voyage, une fois arrivée en France car je ne suis pas sûre de pouvoir me connecter dans les prochains jours. A très bientôt et merci pour le soutien par mail, skype et les commentaires sur mon blog, salam !

Repost 0
Published by Charlotte REROLLE - dans Egypte
commenter cet article
22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 11:47

            Le temps presse de plus en plus. Il ne me reste plus qu’une semaine de stage et mes parents arrivent ce soir. Il est temps qu’ils arrivent pour le moral, même si je me plais beaucoup ici. Si l’occasion se présente, je n’hésiterai pas à revenir pour travailler dans ce pays, qui sait ce que l’avenir réserve, Inch’Allah ! Malgré une baisse de moral, la semaine s’est pas mal déroulée et le boulot a plutôt bien avancé.

        Cette semaine, c’était le « mouled », le jour de l’anniversaire du prophète Mahomet, et donc la nouvelle année du calendrier musulman, si j’ai bien compris. Comme le mouled tombait vendredi, et que le vendredi c’est déjà congé, la fête a été déplacée à jeudi ! Résultat des courses, un week-end de trois jours, bien agréable. En allant manger mardi soir, dans la famille de Khaled qui travaille chez Isabelle, j’ai vu que les rues de Karnak étaient animées en préparation de la fête. J’ai demandé à Khaled si je pouvais revenir le lendemain soir faire des photos, il m’a proposé de m’accompagné. C’était pas mal, car comme j’étais la seule occidentale on me regardait avec étonnement. Un peu partout, il y avait des petits groupes de musique traditionnelle, des gens qui dansaient et qui mangeaient des sucreries. Une fille de la famille de Khaled est venue me chercher pour me faire participer à une réunion de femmes. Khaled a donc dû rester à une trentaine de mètres, pendant que j’étais avec les femmes et les enfants. Elles jouaient de la musique, chantaient, dansaient et mangeaient tout un tas de trucs. J’ai eu le droit de goûter à des kababs, elles ont cru que j’aimais ça et elles arrêtaient pas de m’en donner. Heureusement à partir de la deuxième j’ai trouvé comment les glisser discrètement dans mon sac. C’était des boulettes de céréales, vraiment pas bonnes. Ensuite, elles ont voulu me faire danser, mais comme j’ai pas vraiment le rythme dans la peau, et surtout que la danse orientale c’est pas mon truc, elles me montraient, j’essayais de faire pareil, et dès qu’une nouvelle femme arrivait, il fallait que je montre mon magnifique déhanché qui les faisait bien rire ! C’était très sympa, d’une grande gentillesse. Ensuite, il a fallu que j’explique je ne fumais pas la chicha (c’est rare d’être invitée à fumer avec des femmes, car ça ne se fait qu’à la maison entre elles) mais que j’acceptais de prendre leurs numéros de téléphone pour qu’on soit amies ! J’ai passé un excellent moment, qui m’a bien changé les idées, qui m’a permis de mieux comprendre la vie quotidienne, entre plusieurs thés offerts et tout un tas de trucs à manger.

        Le lendemain, le jeudi, nous sommes allés sur l’autre rive en traversant la fête qui battait toujours son plein sur la corniche entre Louxor et Karnak. Après une balade, un déjeuner baladi copieux, nous avons cherché les fameuses courses de chameaux, de chevaux et d’ânes qui sont organisés pour le mouled. Après plusieurs heures de balades, accompagné d’une trentaine d’enfants, nous avons atterri dans le cimetière où devait se déroulait les réjouissances. En fait comme il n’y avait rien, mais que les enfants voulaient pas nous lâcher, certains d’entre eux ont été cherchés un âne, et nous ont dit que c’était ça la fête. Bref, ils se sont un peu moqués de nous, mais finalement entre nous et tous ces gamins, nous avons fait la procession ! En rentrant, on nous a dit que c’était en fait le lendemain, mais nous n’avons pas voulu prendre le risque car l’information était accompagné d’un demain si dieu le veut (bukra inch’allah) ce qui veut dire peut-être, peut-être pas ! A la place, bricolage pour mettre des lampes dans la mission et piscine au Sofitel. Sympa et pas trop fatiguant comme journée. Avant de l’arrivée de mes parents ce soir, je vais aller visiter, le village d’Hassan Fathy cet après-midi, l’un des plus grands architectes égyptiens du XXème siècle, connu pour son architecture sociale. C’est un village construit dans les années 50 avec des matériaux locaux, c'est-à-dire de la terre crue, afin de reloger les habitants de Gourna, qui habitent au pieds de la montagne sur des tombes antiques. Ce projet a été un cuisant échec, mais la volonté du gouvernement n’a pas faibli, et une partie des maisons traditionnelles peintes de toutes les couleurs ont été détruites récemment et les habitants relogés plus loin à la limite avec le désert, dans des maisons modernes non adaptées à la vie de ces populations. Vous verrez les photos très bientôt !

 

        Afin de remplacer, feue Arsinoé la lapine mascotte de la mission, Isabelle a ramené du Caire le week-end dernier (par avion !), Bérénice ou Caroline, le nom n’est pas encore bien arrêté, une petite tortue terrestre, qui était destiné à devenir de la soupe !

 

        Lors des derniers aménagements de la mission, j’ai installé un tableau d’expression libre et d’information qui s’est finalement transformé en tableau pour l’organisation des fêtes et des apéros ! Malgré notre éloignement, notre irlandais de la mission, nous a organisé la Saint-Patrick, pas de produits irlandais mais tout de même de la bière égyptienne et des irish coffee avec du whisky d’importation !

 

        Concernant, l’organisation de la suite des événements, mes parents passent une semaine à Louxor avec Antoine, où on espère croiser Isaline, la copine de Camille, une journée. Ensuite départ avec tous les bagages, et il y a en a, pour Alexandrie pour 2 jours puis 6 jours au Caire. Après retour tous ensemble en France, une petite semaine en Touraine avant de repartir le 13 avril pour Londres pour le stage au British Museum. J’ai d’ailleurs trouvé un logement en cité universitaire internationale qui d’après ce que j’ai compris ne se trouve pas hyper loin du British. Cool, je suis rassurée de ne pas à avoir à chercher en arrivant, car j’ai reçu le programme de mon stage et ça risque d’être intense.

 

         Voila pour les nouvelles, vous trouverez de nouvelles photos dans l’album, à bientôt !

 

Repost 0
Published by Charlotte REROLLE - dans Egypte
commenter cet article
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 15:23

                Et me voici de retour du Caire ! Ce fut un week-end assez étonnant. Tout d’abord, c’est une grande métropole, avec des embouteillages jours et nuits et une pollution parmi les plus importantes du monde. Ce qui surprend, ce sont les contrastes : quartiers riches côtoient quartiers pauvres, centres commerciaux ultra-occidentaux avec souk baladi, femmes complètement voilées mais avec des tonnes de bijoux et qui vont s’acheter des dessous chics !

C’est une ville fascinante où à tous les coins de rue, on peut se retrouver face à un magnifique palais mamelouk ou une mosquée fatimide ! Au programme du week-end, visite du musée égyptien du Caire, qui possède une magnifique collection d’antiquité égyptienne dont notamment le fameux trésor de Toutankhamon. Petite balade sur le plateau de Gizeh, pour voir les pyramides, mais pas de visite car le but de cette escapade était bien de voir ce concert tant attendu de IAM aux pyramides pour les 20 ans du groupe. Concert devant le sphinx, en relatif petit comité, environ un millier de personnes. Le groupe a joué pour l’occasion avec l’orchestre philharmonique de l’opéra du Caire et l’orchestre populaire du Caire soit un paquet de musiciens sur scène. Il y avait aussi d’invité, le chanteur Khaled ainsi que plusieurs grands noms de la musique égyptienne que je n’oserai pas citer de peur d’écorcher leurs noms ! Le show a duré deux heures, retransmis en direct sur le net et NRJ. Le concert va faire l’objet d’un dvd, différent du documentaire sur le voyage d’IAM en Egypte qui a eu lieu en janvier. Ce docu doit d’ailleurs être projeté à Cannes, hors compétition. Malgré un public pas très nombreux, l’ambiance était chaude, et le concert, un excellent show. Et grâce à notre organisatrice préférée de soirée, Isa, certains d’entre nous ont pu aller à l’apéro VIP, organisé au Buddha Bar du Sofitel d’Al Gezira avec le groupe IAM. Je ne suis pas franchement sensible aux hôtels habituellement, mais là c’était vraiment la classe. Contraste saisissant entre l’intérieur si luxueux et occidental et la vraie vie à l’extérieur. Et puis, je ne pouvais pas imaginer qu’il y avait un Buddha Bar en Egypte (chaîne de bar lounge très branché et très chic, connu aussi pour ses compils de musique, d’ailleurs y en a au moins un à Paris, je crois). Ensuite, champagne et autres petits fours à gogo… bref un autre monde. Et nous au milieu, pas vraiment chic, avec nos vêtements les plus propres mais quand même de fouilles !

Samedi, excursion aux pyramides de Dachour, où il y avait presque personne, car c’est hors de sentiers touristiques puis Saqqarah. A Dachour, on a pu rentrer dans la pyramide, où la descente n’est pas facile à cause de la hauteur de plafond, environ un mètre et le fait que ce ne soit pas des escaliers mais une sorte de toboggan avec des barres en bois comme butée tous les 50 cm. Les trois salles internes ne présentent pas de décor, et cette pyramide, petite sœur de celle de Kéops, n’a jamais été utilisée. Le plus désagréable est la forte odeur d’ammoniac, due au goineau de chauve-souris. Nous avons ensuite était à pieds jusqu’à la pyramide suivante, qui était plus loin qu’on avait imaginé, pas facile d’évaluer les distances dans un désert de sable. Cette dernière à double pente était d’une forme un peu bizarre. Nous n’avons pas pu rentrer dedans, dommage.

Pour accéder au site de Saqqarah, traversé d’une palmeraie dans laquelle au retour nous avons bu un verre.  Autour de la pyramide de Djoser, pyramide à degrés, beaucoup de touristes, mais dès qu’on s’éloigne un peu, il n’y plus personnes qui visitent les tombes. A proximité de l’une d’elle, tournage d’une fiction plus vrai que nature, d’une scène de prise d’otages où il y avait à peine plus de policiers qu’en temps normal, c'est-à-dire tout le temps ! Nous avons pu visité la pyramide de Titi, ainsi que les deux tombes qui étaient à proximité, dont les décors étaient d’une finesse incroyable. Pas eu le temps de voir le reste, car le site ferme à 16h. Au retour, pause casse-croûte dans un droit incontournable pour les occidentaux vivant au Caire, le Felfela, avec un stop shopping très économique pour cette fois, dans quelques bonnes boutiques de sacs et de chaussures !

Retour à l’aéroport, avec quelques frayeurs, puisqu’en plus de conduire sans phares, les égyptiens mettent n’importe quoi dans leur pick-up sans rien sangler. Résultat, mon taxi a failli se taper un couvercle de machine à laver la vaisselle dans le pare-brise, mais il a réussi à éviter le rebond en faisant une embardée. Il faut avouer que la conduite au Caire est loin d’être de tout repos !

 

La semaine a recommencé en suivant son rythme de croisière, il ne me reste plus que deux semaines de boulot pour finir ce que j’ai commencé. Probable visite de deux ou trois trucs sur l’autre rive avec un copain d’Isa, et préparation de l’arrivée de mes parents pour samedi. Il semble qu’a priori, jeudi soit férié, il s’agirait de l’anniversaire du fils du prophète, si j’ai bien compris, et il devrait y avoir des cérémonies traditionnelles sur la rive ouest, à voir si c’est possible ! Inch’Allah, comme on dit ici ! À très bientôt.

Repost 0
Published by Charlotte REROLLE - dans Egypte
commenter cet article
13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 14:46

         Quand je parle de restauration en or, c’est qu’il m’est encore arrivé une petite histoire qui a fait rigoler toute la mission. J’étais en train de percer des trous dans mon calcaire pour mettre deux nouveaux goujons sur le revers de la pierre, car on venait de la retourner, comme je n’étais pas trop sure de moi, j’ai voulu vérifier un des trous, et au malheur, j’ai fait tomber mon ciseau ou  burin en tungstène dans le trou de goujon et bien sur, je n’arrivais pas à le récupérer. On a bien cru qu’il allait devoir rester en place et servir de goujon. Un peu cher comme goujon ! Personne n’avait jamais vu ça au temple. Les tailleurs de pierre sont venus voir s’ils pouvaient m’aider à le sortir, sans avoir à retourner la pierre. Finalement pour la première fois, grâce à moi, ils ont pu se servir d’un aimant flexible dont ils ne voyaient pas l’utilité ! Bref, je l’ai bien fait rigoler encore une fois !

 

          Pas de visite cette semaine mais un apéro sur une dahabéia, bateau traditionnel de 30m de long, tout en bois qui date du XVIIIème siècle. Ce bateau qui a été restauré par un français, sert à faire des croisières de luxe entre Louxor et Assouan. Qui dit bateau de luxe, dit apéro de luxe : vin français (du Sancerre, mais pas de chez Thibaut), gésiers confits, fois gras, chorizo et autres petits délices de France ! Soirée super sympa sur le Nil.

 

En parlant du Nil, je suis obligée de vous faire partager ma déception : il n’y a plus au nord d’Assouan (donc à Louxor) d’hippopotames ni de crocodiles ! Et moi qui rêvais d’en voir dans le Nil ! Il faut aujourd’hui aller de l’autre coté  du barrage d’Assouan, sur le lac Nasser pour avoir une chance d’en voir. J’ai par contre vu un chacal la semaine dernière dans la montagne. Dernière nouvelle de nos amis les bêtes, Arsinoé, le lapin mascotte du centre, n’est plus avec nous, un renard lui a mangé une patte hier soir alors que la cage se trouvait dans le patio, et les garçons ont du prendre la décision de l’achever. Ce lapin n’aura donc pas suivi sa destinée de civet ou de terrine. Tout le monde est triste sans cette petite bête !

 

Je pars au Caire pour le week-end au programme, concert d’IAM demain soir devant les pyramides et balade dans le Caire islamique afin de préparer notre virée familiale prévue pour la fin du mois ! A bientôt pour  de  nouvelles aventures !

Repost 0
Published by Charlotte REROLLE - dans Egypte
commenter cet article
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 21:24

Les premières chaleurs sont arrivées : 25°C la nuit, 37°C à midi à l’ombre ! C’est assez brutale comme changements t et ça me fait dire que visiter le sud de l’Egypte l’été ça doit être un enfer. Il faut donc boire beaucoup pour éviter la déshydratation et se protéger du soleil un minimum. Comme c’est encore vivable, on s’est fait une bonne journée de visite sur la rive ouest hier. Trois tombes dans la vallée des rois : Thoutmosis III, Ramsès I et Ramsès III. Toutes les trois très différentes, mais bien intéressantes, avec des peintures magnifiques. J’avoue un petit coup de cœur pour celle de Thoutmosis III, une des plus ancienne de la vallée, avec peu de couleurs en style cursif. Désolée, j’ai pas de photos pour illustrer car c’est formellement interdit. C’est en revanche une tombe assez invivable où il fait 40°C, avec un taux d’humidité très élevé, et une mauvaise circulation de l’air. Nous aurions aimé voir celle de Ramsès VI qui vient d’ouvrir, mais nous n’avions pas de billet pour. Malech, comme on dit ici, ce sera pour une prochaine fois !

            Ensuite déjeuner baladi, c'est-à-dire locale, tahina (crème de sésame), crudités, légumes quasi confits par la cuisson, kofta (boulettes de viande), beignets d’aubergines et de courgettes et riz. Petit tour dans le temple de Merenptah, où nous n’avons pas trop profité du lieu car il faisait trop chaud, et qu’il y avait plus grand-chose à voir. Enfin pour finir balade entre la vallée de Nobles et Deir el-Bahari (temple d’Hapchesout), pour voir des tombes peu connues et pas ouvertes, ainsi que des statues taillées directement dans la roche. Le tout au pied du petit mausolé d’un cheikh. La par contre il y a quelques photos du resto et de la balade.

 

Dans la semaine, je suis allée avec mes deux « colloc », Soline et Isa, visiter un atelier de potier assez connu en Egypte, à Garagos. Petit clin d’œil à ma maitresse de maternelle, Mme G.,  qui m’a fait découvrir la poterie quand j’étais petite ! Avec cette visite, petit tour dans un village où il y a un atelier qui travaille le bois. Pour info, le bois est matériau assez rare en Egypte.  Ce fut un aprèm bien sympa !

 

Entre boulot et cours d’arabe, j’ai eu le temps de refaire une visite du temple de Karnak sous un autre angle et j’en ai profité pour faire quelques photos. Je suis aussi allée voir le musée de Louxor, très beau, bien mis en valeur, avec une collection composée uniquement de pièces majeures, ça faisait plaisir à voir.

 

Voila comme d’habitude une semaine bien chargée. Je pense que celle qui s’annonce le sera aussi, puisque je vais au Caire pour faire du repérage avant l’arrivée
Repost 0
Published by Charlotte REROLLE - dans Egypte
commenter cet article
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 22:33

C’est déjà le début du mois de mars et la plus grande partie de mon stage est déjà passée. Je me plais beaucoup ici, ce changement d’air me fait du bien au moral !

 

            Ce week-end a été un moment de multiples découvertes. Nous sommes allés à la Mer Rouge à 5, Isa, Soline, Alice, François et moi, au sud de Safaga soit à environ 200 km de Louxor. Isa a décidé de ne pas prendre le convoi et de prendre la route du Wadi Hamamat, route formellement interdite aux occidentaux qui n’est utilisée que pour le fret normalement. Cette route reprend le tracé de l’ancienne voie romaine qui reliait Louxor à la Mer Rouge, en traversant le désert. Il ne faut pas imaginer un désert de sables de type Sahara, mais de grandes étendues de pierres voire de montagnes. A un moment, la route traverse une sorte de gorge, qui est une ancienne carrière de pierres pharaoniques, où il y a tout un tas de pétroglyphes (inscriptions dans la pierre), détaillant pour quel pharaon a été pris quelle quantité de pierres, etc… C’était superbe. Au passage, nous avons fait une halte à coté et dans un puit romain. Ca a été donc ma première expérience de désert en Egypte, et par chance on a même vu des dromadaires en liberté (sauvages je sais pas !). Les paysages traversés étaient magnifiques, d’une grande variété dans les couleurs !

            Le lendemain, après une nuit dans un hotel-club-plongée-pour-allemands, petit dej sur la plage où nous étions quasiment seuls, puis rapidement baptême de tête sous l’eau avec mes lunettes de piscine car je supporte pas les masques et les tubas (pour ceux qui ne savent pas, je suis claustrophobe des yeux ! oui je sais c’est pas commun !) mais avec des palmes, et en route à quelques mètres du bord dans le récif de coraux, pour voir de merveilleux petits poissons et plus gros, de toutes les couleurs. C’était les mêmes que ceux de l’aquarium de mon dentiste quand j’étais petite ! Bref j’ai été bien émerveillée. Entre deux baignades, pâtés de sable sur la plage avec Soline et surtout ramassage de coquillages et de coraux (encore une fois je savais pas que c’était aussi interdit de prendre ceux de la plage !).

            Retour par une autre route, mais toujours en dehors du convoi, c’est pas facile vu le nombre de check-points, en plus de nuit avec des égyptiens qui conduisent vite, sans allumer leurs lumières, mais qui mettent les pleins phares au moment de se croiser, pour bien montrer qu’ils sont là !!! Assez effrayante, la conduite égyptien par moment. A croire qu’ils n’ont pas le même code de la route que nous !

 

            Semaine classique, entre monnaies et bloc calcaire en espérant que ça avance bien, car il  ne me reste plus que 4 semaines de boulot ici. bonnes photos et A plus !

Repost 0
Published by Charlotte REROLLE - dans Egypte
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Charlotte REROLLE
  • Le blog de Charlotte REROLLE
  • : Après avoir raconté une année de stages à l'étranger, voici quelques nouvelles d'une restauratrice d'objets archéo pas très sédentaire!
  • Contact

Archives