Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 05:53

 

Me voila à nouveau à Mahasthan au Bangladesh, pour la quatrième mission.  L’ambiance est très sympa et fort studieuse. L’équipe est légèrement différente cette fois ci. Il s’agit d’une mission d’étude afin de préparer le rapport et la publication de la fouille qui a eu lieu ces dix dernières années. Je commence à percevoir le fruit de mon travail de rangement de l’année dernière, car certains chercheurs ont maintenant accès facilement à leurs collections. Ainsi une étude de petits objets en céramique à permis de bien faire avancer les recherches cette année. En effet une nouvelle interprétation de ces objets a permis de dire qu’il n’y avait pas eu un mais probablement deux sièges à Mahasthan.

Je continue de travailler sur le mobilier en fer et plus particulièrement sur les pointes de flèche.  Ces dernières sont particulièrement intéressantes au regard des sièges qu’a pu subir cette ancienne capitale fortifiée. En revanche cette année, la grande nouveauté est la venue pour travailler avec moi d’une stagiaire en restauration. Elle fait la même formation que j’ai faite, il y a maintenant plus de 3 ans.  Le travail avance bien à nous deux, j’espère qu’elle tire des bénéfices de ce stage et qu’elle apprend des choses nouvelles. Ce n’est pas toujours facile de se retrouver dans la position d’encadrante car je n’ai pas toujours les réponses ou il n’est pas toujours facile de formuler quelque chose qui parait évident ou qui est une habitude. C’est excellent pour moi car ça m’oblige à réviser certains trucs et aussi à me remettre en question.

Les deux vendredis, jour de break dans la mission, nous avons été nous balader. Tout d’abord voir d’anciens monastères hindous à proximité de la mission et quelques villages d’artisans (potiers, forgerons…).  Hier nous avons visité un ancien palais colonial - Rajbari- complètement en ruine. Au départ j’étais un peu déçue car un coup d’œil éclair sur internet (avant un long bug) m’avait indiqué qu’il s’agissait d’un palais du IX-XIIème siècle. En réalité il s’agissait bien de ces dates, mais pas de notre ère, mais de l’Hégire ! C’est donc un palais relativement récent que nous avons visité probablement XIX-XXème de notre ère, au vu des poutres IPN en métal et d’un cartouche en anglais ! Ce genre de lieu est assez magique, car la nature reprend ses droits et les habitants du coin viennent squatter ce lieu vide. Nous avons ensuite visité une très belle mosquée du XVIème siècle (de notre ère !) dont le décor sculpté était magnifique et d’une grande finesse. Au retour, nouveau détour par un autre village de potiers pour tenter de trouver des animaux en céramique, et notamment des éléphants ! Comme il n’y en avait plus en stock, nous avons fait la folie de les commander sans les voir… j’espère que ce ne sera pas trop kitsch !

Enfin dernière anecdote du jour : le pot de nescafé vide. Au Bangladesh tout se recycle, mais vraiment tout ! Il y a quelques années la femme de ménage avait récupéré des feuilles de brouillon jetées à la poubelle. Elle les a revendues au marché et ces feuilles ont servis d’emballage pour des beignets de lentilles. Une personne de la mission a exceptionnellement acheté des beignets au marché et le midi une fois tout le monde a table, l’un des membres a dit : tiens on dirait du français sur les papiers et là ils ont découvert qu’il s’agissait d’un brouillon de lettre écrit par un membre de la mission ! Pour en revenir au pot de nescafé, chaque année les gens qui travaillent à la maison –la cuisinière, le gardien et la femme de ménage- se disputent les pots de nescafé vides. Comme l’un était venu se plaindre auprès de moi que l’autre avait eu deux fois de suite un pot vide, j’ai tenté d’apaiser tout le monde en proposant de mettre les pots vides sur une table en évidence avant une redistribution en fin de mission.  Quelques heures plus tard surprises, je me suis faite pourrir et crier dessus par l’un d’eux et j’ai eu le droit à tout l’historique des injustices dans le domaine de la récupération des tortillons de moustiques, des restes de riz et autres bouteilles vides de shampoing, le tout en bangla évidement ! ca en a été trop pour mes petites oreilles, j’ai donc décidé que je ne voulais plus entendre aucune histoire des gens de la maison et surtout je ne veux plus tenter de les résoudre !

La prochaine fois que vous jetterez un pot de nescafé vide ou une bouteille de shampoing pensez donc aux histoires auxquelles vous avez échappé ! A très bientôt pour la suite des aventures !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Charlotte REROLLE
commenter cet article

commentaires

jean rerolle 13/02/2012 09:24


pas de nescafé en boite mais dans la machine mma, sans récupération possible!!!


bises hivenales mancelles


pa²

Présentation

  • : Le blog de Charlotte REROLLE
  • Le blog de Charlotte REROLLE
  • : Après avoir raconté une année de stages à l'étranger, voici quelques nouvelles d'une restauratrice d'objets archéo pas très sédentaire!
  • Contact

Archives