Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 15:41

 

Pour avoir accès à internet, nous nous sommes portées volontaires avec ma collègue Julie pour aller faire les courses à Pentjikent. La connexion internet s’est révélée extrêmement mauvaise (pas d’accès à over-blog !) et nous avons à peine pu consulter nos mails. De plus, nous espérions profiter de cette petite virée, pour récupérer des objets de Sarazm exposés au musée de Pentjikent que nous devons restaurer. Mais le directeur était absent ce jour –là (et les suivants…), nous sommes donc repartis bredouilles. Les objets sont arrivés quelques jours plus tard dans des nappes calés avec du coton, les femmes du musée étant arrivées en auto-stop à Sarazm.

 

Suite à ces déconvenues, l’un des tadjik qui nous accompagnait à Pentjikent, nous a proposé d’aller au musée ethnographique, nous nous sommes empressées d’accepter. Il s’agissait en fait d’un mariage tadjik, et il semble que l’ethnographie c’était plutôt nous, les deux françaises au milieu de ces 300 tadjiks ! Nous avons pris place autour d’une table recouverte de dizaines de mets variés. Nous avons peu gouté à ces victuailles car nous sortions juste de table. En revanche, nous avons été obligées de trinquer à maintes reprises avec nos compagnons de tablée ainsi que le père du marié. On se serait cru dans une mauvaise caricature russe : dès que nos verres étaient vides, ils étaient irrémédiablement re-remplis avec de la vodka ou du cognac, et il fallait re-trinquer et boire les verres cul-sec ! Notre chance a été d’avoir de petits verres car nos amis tadjiks buvaient dans des bols des quantités beaucoup plus importantes. Nous avions choisi le cognac, moins fort en alcool mais qui présentait l’inconvénient d’être beaucoup plus visible dans les verres si nous ne buvions pas cul-sec. Heureusement nous ne sommes pas restés trop longtemps, mais au moment de partir, il a fallu aller prononcer des vœux de bonheur en français devant toute l’assemblée. La mariée semblait s’ennuyer à mourir. Après ces brefs discours, nous avons du danser une pseudo-valse avec nos  compagnons de tablée. Nous n’avons pas été très efficaces pour la suite des courses et nos amis de Sarazm se sont un peu moqués de nous en nous voyant arriver éméchées à 17h ! Depuis, nous évitons les courses au maximum afin de ne pas perdre une journée de travail bêtement.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Charlotte REROLLE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Charlotte REROLLE
  • Le blog de Charlotte REROLLE
  • : Après avoir raconté une année de stages à l'étranger, voici quelques nouvelles d'une restauratrice d'objets archéo pas très sédentaire!
  • Contact

Archives