Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2007 3 11 /07 /juillet /2007 09:35

J’ai découvert ce week-end la ville de Berne. Je n’ai pas eu le temps de tout visiter, mais la cité semble agréable. Ce qui m’a le plus surpris c’est la couleur de la pierre : vert jaune. Avec un brin de soleil, ça rend la ville chaleureuse. Et puis, il y a aussi les 6 kms d’arcades qui bordent les rues. Berne a été rebâtie au XVème siècle après un incendie, ses monuments et ses fontaines font qu’elle a été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. On ne peut passer à Berne sans voir les fameux ours ! Quelques photos pour vous montrer tout ça.

 

Il fait en ce moment un sale temps en Suisse, la seule belle journée j’en ai profité pour visiter un peu Berne. Il pleut tellement que l’Aare, cette belle rivière à l’eau si claire et si verte, est sur le point de déborder ! Ca ne fait pas mon affaire, moi qui ai décidé de circuler en vélo ! En plus, il fait tellement froid qu’il neige parfois encore dans l’Oberland bernois, bref dans les montagnes où je dois aller. Alors la première montée, j’ai l’impression que ça va pas être pour tout de suite ! En même temps, pour moi c’est mieux comme ça car la technique de prélèvement n’est pas du tout encore prête, j’en suis encore aux premiers tests.

 

Alors cette technique de prélèvement? Il s’agit de s’appuyer sur un aérographe ou Air brush (comme ils disent ici), pour envoyer un jet de très fines gouttelettes d’eau chaude à l’aide d’un compresseur. L’eau chaude fait fondre la glace en surface. Le but est de s’arrêter juste avant l’objet, de ne pas le toucher, pour le garder à des températures très basses. Présenté comme ça, ça peut paraître simple. Je dois en fait vérifier que ce jet ne risque pas d’altérer les objets pris dans la glace, et définir les paramètres de travail (pression, débit d’air, débit d’eau, température….). Mais surtout je dois trouver le matériel que l’on va utiliser c'est-à-dire pas trop lourd (c’est moi qui vais devoir porter), qui consomme peu d’énergie, qui résiste au froid. Et ce matériel, on doit l’alimenter en énergie, à plusieurs heures de marche des voitures, on envisage une énergie propre, peut-être de l’éolien ou du solaire voir les deux ensemble. Et la ça se complique vraiment, le poids, la puissance disponible, la compatibilité du matériel et le prix aussi! Même si j’ai des budgets assez larges, ça monte très vite dans ce domaine!

Pourquoi on est parti sur l’Air brush et non sur un chalumeau ou une lame chauffante ? En fait, la glace est tellement opaque que l’on travaille un peu à l’aveuglette avec les objets 3D. Avec un chalumeau on risquerait trop de détériorer l’objet en s’arrêtant ¼ de seconde trop tard. Apparemment des Russes ont déjà essayé, ça serait une cata, notamment pour les analyses ADN. La lame chauffante manque de résistance, et on ne voit pas où elle va. C’est surtout qu’à Berne, ils développent tout un tas de chose à base de l’Air brush, ils en sont super contents car les différents examens et analyses montrent que ça n’altère pas la surface des objets.

Allez ça suffit comme ça. Ciao !

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 09:25

Voila, je prends enfin mon courage à deux mains pour commencer ce blog. J’ai décidé de faire un blog car pendant un an, je vais être par monts et par vaux. Ma dernière année d’étude, master 2 de conservation restauration de biens culturels consiste en une année de stages notamment en parti à l’étranger.

            Après avoir achevé les cours mi-juin, et être partie deux semaines en vacances, une semaine à Chinon en Touraine, région qui m’est chère et une semaine en Crête avec mes parents et Manu, le premier stage a commencé. 

            Ce premier stage se déroule à Berne en Suisse, et doit durer quatre mois. J’ai commencé, il y a une semaine, lundi 2 juillet 07. Je suis au laboratoire de restauration du service archéologique du canton de Berne. Mon sujet de stage porte sur l’élaboration du technique pour effectuer des prélèvements d’objets archéologiques pris dans la glace. J’ai environ deux mois pour mettre au point une solution puis nous monterons sur un site archéologique, le Lenk-Schnidejoch. Ce site est fouillé depuis  trois ans environ quelques semaines à la fin de l’été, lors de la fonte des glaces anciennes. Jusqu’à présent il n’y avait pas réellement de techniques pour dégager des objets, la glace était cassée avec un couteau  ou parfois on la faisait fondre avec de l’eau (glace fondue).

            Le site archéologique du Lenk-Schnidejoch se situe dans l’Oberland bernois à près de 2750 m d’altitude. Son emplacement stratégique a fait de ce col un lieu de passage à certaines époques, matériel archéologique du néolithique, âge du bronze, période romaine mais aussi contemporaine. Une partie du matériel retrouvé est comparable à celui d’Ötzi (datant d’environ 5000ans), « homme des glaces » retrouvé en 1991 en Autriche, dans un état de conservation exceptionnel qui a livré de nombreuses informations. Depuis plus de trois ans, une équipe d’archéologues du canton de Berne fouille cette cuvette, dont la configuration est propice à maintenir les objets en place (les objets ne peuvent pas glisser avec la fonte des glaces). La conservation des objets archéologiques a pu se faire grâce à des conditions climatiques particulières. En effet la température inférieure à 0°C permet de préserver tout type de matériaux, notamment le matériel organique. La mise au jour de ces vestiges archéologiques est due au réchauffement climatique, qui entraîne une fonte importante des glaces.

 

            A Berne, je loge à l’hôpital Ziegler. Bien sûr au premier abord ce n’est pas très enthousiasmant. Réellement, c’est plutôt sympa. Dans cet hôpital, il y a un bâtiment réservé au personnel hospitalier, toutes les chambres ne sont pas occupées, et certaines peuvent être louées à des stagiaires, des étudiants étrangers ou des gens travaillant en grands déplacements. J’ai donc loué une chambre d’environ 15m², et je partage avec mes voisins de palier salle de bain, cuisine et buanderie. En fait, ça ressemble plus à une cité U qu’à un hôpital. L’avantage c’est que cette chambre est assez bon marché pour la Suisse, que je n’ai pas trop galéré pour trouver un logement et surtout ce n’est pas trop loin de mon lieu de stage. Je mets environs 20 min en vélo, c’est écologique et sportif ! Comme j’avais pas mal d’affaire, je suis venue en voiture (oui, oui avec la voiture de Manu, cet énorme 4X4 Land Rover !), et c’est devenu plus compliqué car les parkings sont tous payants, hyper cher de 7h à 19h. Heureusement au bout de quelques jours j’ai rencontré des gens sympas au Ziegler, et parmi eux, il y en a un qui avait plusieurs places de parking et qui m’a proposé de m’en prêter une pour quelques temps. Ca m’a bien arrangé, car ici les flics passent dès 8h du matin.

 

            Voila pour ce qui es des premières nouvelles, je vous raconterai ma vie Bernoise et le déroulement de mon stage une prochaine fois. Ciao !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Charlotte REROLLE
  • : Après avoir raconté une année de stages à l'étranger, voici quelques nouvelles d'une restauratrice d'objets archéo pas très sédentaire!
  • Contact

Archives