Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2007 5 21 /09 /septembre /2007 09:38

Parallèlement à mon sujet de diplôme  portant sur le développement d’une technique de prélèvement pour les objets archéologiques pris dans la glace, je dois effectuer un dossier de méthodologie sur un thème libre. J’ai choisi de travailler dans le même domaine. Après avoir discuté avec quelques restaurateurs, il s’est avéré que l’état des bois archéologiques pris dans la glace n’était pas clair, à savoir si c’était : sec, humide ou gorgé d’eau. Caractère assez important pour déterminer le traitement de conservation qui devra suivre. Après avoir cherché à droite, à gauche, j’ai pensé que l’humidimètre classique qui sert à mesurer l’humidité dans les constructions ou le niveau de séchage du bois pourrait répondre à ma question. Afin de déterminer l’outil le plus adapté et effectuer quelques tests préliminaires, j’ai pris contact puis rencontré des gens de la Haute Ecole du Bois de Bienne. Très chouette endroit, avec du matériel de pointe, le tout encadré par des gens qui ont l’air très compétents. J’avais emmené avec moi 5 échantillons, que j’avais préalablement coupé en deux et dont j’avais congelé la moitié, l’autre partie restant à température ambiante. Après avoir cherché la technique puis le matériel le plus adapté, nous avons trouvé un appareil qui mesurait des donnés relativement conforme à mes attentes, mais surtout qui n’abîmait pas les échantillons (la plupart du temps, ça fait des petits trous, car ce sont des appareils qui mesurent la résistivité électrique avec des aiguilles) et dont les seuils de mesures correspondaient aux nôtres. Je suis donc assez contente de ces tests préliminaires. Je dois maintenant réfléchir un peu plus précisément à un protocole de tests qui permettrait de valider cette méthode d’aide au diagnostic. Les choses avancent donc !

 

Quelques nouvelles du pays. La Suisse devrait voter d’ici quelques temps, pour un scrutin qui n’ait pas clair pour moi. Dans tous les cas, un parti, le SVP, comparable à l’extrême droite, fait une campagne d’affichage très importante depuis plusieurs semaines voir mois. Ils ont trouvé une illustration, que je trouve assez violente dans ce qu’elle suggère, que l’on trouve absolument sur tous les panneaux d’affichages suisses mais également dans la presse. Il s’agit de trois moutons blancs sur le drapeau suisse, l’un d’eux est blessé par un couteau. Un autre éjecte un mouton noir hors du drapeau suisse, car il serait responsable. Cette campagne d’affichage raciste appuyée sur une statistique selon laquelle les étrangers seraient responsables de la plupart des délits et crimes commis en Suisse, m’a beaucoup surpris, car une telle affiche n’aurait jamais pu exister en France. Elle n’a pas été censurée ici, et elle est au centre d’un débat plus vaste sur la censure qui dit que la censure serait pire que les idées que véhiculent ce type d’affiche. Je suis en tout cas toujours aussi surprise lorsque je croise plus de 10 fois par jours ces affiches.

                      publicit---svp.jpg

La météo s’annonce plutôt bonne pour le week-end, froide mais ensoleillée, nous partons donc samedi matin vers 6h30 du mat pour le Schnidejoch. Nous dormirons à proximité (à une ou deux heures quand même !) dans un refuge. Le retour s’effectuera dans la journée de dimanche, après avoir eu quelques commentaires archéologiques sur les lieux… !

 

Les résultats de l’aventure tant attendue au prochain épisode !

Partager cet article

Repost 0
Published by Charlotte REROLLE - dans Suisse
commenter cet article

commentaires

Ben 02/10/2007 16:52

Si je me fie à mon allemand rouillé appris au lycée, la légende signifie "créer la sécurité"... Tout un programme !

Présentation

  • : Le blog de Charlotte REROLLE
  • Le blog de Charlotte REROLLE
  • : Après avoir raconté une année de stages à l'étranger, voici quelques nouvelles d'une restauratrice d'objets archéo pas très sédentaire!
  • Contact

Archives